LE COUPLE ET L’ARGENT



Comment arrimer nos deux réalités?

Dès le premier rendez-vous, t’sé lorsque la serveuse pose la fatidique question : Une ou deux factures?

Au fur et à mesure que la relation évolue, les enjeux grandissent, particulièrement lorsque le couple décide de vivre sous le même toit. Ironie du sort, la situation persiste au-delà de la séparation, particulièrement quand nous avons des enfants.

Heureusement, il y a des solutions pour nous aider dans les différentes situations de couple. Une chose est certaine, la seule manière de s’en sortir gagnant est de miser sur une communication franche et transparente.

Vous pouvez lire sur le sujet sur le site de Tout bien calculé, à l’adresse suivante :

https://www.toutbiencalcule.ca/mon-budget/budget-au-quotidien/le-budget-de-couple/y-reflechir-et-en-parler/comment-arrimer-nos-deux-realitesij



Distinguer dépenses communes et dépenses personnelles

(Cet extrait est tiré de Tout bien calculé : https://www.toutbiencalcule.ca/mon-budget/budget-au-quotidien/le-budget-de-couple/4-modeles-dorganisation-budgetaire/distinguer-depenses-communes-et-depenses-personnelles)



Ce n'est pas toujours évident de distinguer à qui appartiennent les dépenses. Voici quelques exemples qui pourront vous aider dans votre démarche.

Les dépenses communes sont celles qui sont utilisées par le couple ou la famille. Par exemple, le loyer ou l'hypothèque, et toutes les charges associées à l'habitation, à moins que vous ayez opté pour une autre répartition. Les loisirs, les vacances, les dépenses de transport, si vous bénéficiez d'une seule voiture, les dépenses reliées aux enfants, sont d'autres dépenses communes qui pourront faire l'objet d'un partage selon votre modèle d'organisation budgétaire. En pratique, chacun pourra déposer, dans un compte conjoint, la somme qui lui revient de payer.

Il en va de même pour les dépenses d'épicerie et les produits d'hygiène.

En ce qui concerne les dépenses personnelles : coiffure, rasoir, parfum, maquillage... chacun pourra payer à part les produits qui lui sont uniquement destinés.

Même chose pour les dettes personnelles. En principe, chacun est responsable d'assumer ses propres dettes et les dépenses qui y sont rattachées, comme par exemple, un emprunt pour une auto, à moins que vous n'en ayez décidé autrement.

Les dépenses exceptionnelles

Certaines dépenses peuvent survenir et déséquilibrer le budget de l'un ou de l'autre. Par exemple, des dépenses reliées à la santé, un cours de perfectionnement, etc. Il faudra alors en évaluer les impacts dans le budget et opter pour un scénario équitable pour le couple.



Les différents modèles de budget de couple (plusieurs variantes sont possible)







Attention :

1. En cas de décès de l’un des deux, les comptes conjoints seront « gelés ». Il est donc prudent de toujours garder un compte personnel avec un peu d’argent pour nous donner le temps de changer nos informations bancaires en cas de décès accidentel.

2. Si le couple à une grosse différence de revenus, il est possible que même avec la méthode au prorata ait trop d’incidence sur les revenus de la personne dont les revenus sont moins élevés. i.e. qu’elle n’ait plus suffisamment d’argent pour ses dépenses personnelles.

Faits divers sur le couple et l’argent (tiré d’une formation de Le couple et l’argent peuvent faire bon ménage! François St Père, Ph. D.) voici le lien pour son site internet : https://francoisstpere.com/francois-st-pere/

Pour les deux sexes l’argent représente la sécurité, la liberté, le plaisir, l’esthétisme… Par contre, les femmes ont tendance à utiliser l’argent davantage pour le bien-être et l’esthétisme vs les hommes pour afficher leur statut socioéconomique. La diversification dans les types de famille rend le budget encore plus complexe. (famille recomposée)



Qu’est ce qui influence notre rapport à l’argent?

· Le tempérament et la personnalité (recherche de nouveauté, tolérance au risque, extraversion).

· L’éducation : le milieu d’où je viens, le rapport de mes parents avec l’argent.

· Les valeurs : ce qui est important pour moi ne l’est pas nécessairement pour l’autre. Chacun a des besoins bien différents.

· Les vulnérabilités personnelles affectent notre manière de dépenser et l’autre peut avoir de la difficulté à comprendre ce changement.

· Certains événements de vie (ex. décès d’un proche…). Les grands changements de la vie amènent aussi leur lot de changements dans les habitudes, dont la consommation… L’autre personne n’est peut-être pas au diapason.


Quelques conseils pour la gestion des conflits

· Garder en tête que les choses qui nous irritent viennent avec un autre coté plus positif qui nous arrange ou qui part d’une bonne intention.

o Par exemple : Elle dépense beaucoup pour les vêtements des enfants….

o Pourquoi?  Elle veut qu’ils soient bien au chaud… Elle craint qu’ils ne soient victimes de moquerie…

· Ne pas présumer des intentions de l’autre. Être conscient des patterns qui existent dans notre couple et prendre sa part de responsabilité.

· Aller chercher de l’aide au besoin.


La personne qui gagne plus ne doit pas faire sentir à l’autre qu’elle n’a pas son mot à dire. Et la personne qui gagne moins doit l’assumer.

Guylaine Lafleur, notaire et planificatrice financière

Article de la presse : https://www.lapresse.ca/affaires/finances-personnelles/2021-02-14/amour-et-finances/ca-suffit-mon-tresor.php



Pour conclure

L’essentiel est la communication et nommer ce que l’on souhaite. Ex : J’aimerais qu’on économise pour tel projet… Se centrer sur ce qu’on a de commun est mobilisateur et permet de maintenir notre budget. L’objectif peut-être à court ou à moyen terme, l’important est qu’il soit suffisamment motivant pour les deux. Ex : se payer un voyage, prendre sa retraite plus tôt, rénover une pièce de la maison, etc. Toujours se rappeler que les objectifs doivent être SMART (Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalises et fixés dans le temps).

Julie Bilodeau

Directrice


7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout